Calendrier
Mon Compte
Rechercher
GRAND THÉÂTRE
Tarif A
8h35 (dont 2h15 d'entracte)

Repas à réserver au moment de l’achat du billet, dans la limite des places disponibles.
Petite restauration sur place.

SAM. 8 FEV.
14H | Atelier écriture animé par Grégoire Cuvier
À partir de 15 ans | Durée : 4h | Sur réservation

Texte et mise en scène : Grégoire Cuvier

Avec : Clara Antoons, Jean-Marc Charrier, Grégoire Cuvier, Marie Doreau, Xavier Girard, Hervé Laudière, Mathilde Levesque, Olivier Martial et Alexis Perret

Assistanat à la mise en scène : Laetitia Poulalion

Musique originale : Alexandre Saada

Scénographie et lumières : Camille Duchemin

Création sonore : Jean-Baptiste de Tonquédec

Création costumes : Camille Pénager

/ COPRODUCTION : Scène nationale de St Quentin en Yvelines ; La ferme de Bel-Ebat de Guyancourt ; Les Bords de Scènes – Grand Orly Seine Bièvre. Résidences Le Prisme à Elancourt ; Espace Coluche de Plaisir ; Le Théâtre de Corbeil-Essonnes ; La Merise à Trappes ; la Lanterne à Rambouillet. Partenaires Anis Gras le lieu de l’autre à Arcueil ; Les Tréteaux de France – CDN ; Studio-Théâtre de Charenton – collectif STC ; Arcal – compagnie lyrique nationale.

Projet soutenu par le Ministère de la Culture – Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France, la Région Ile de France, de la SPEDIDAM et du FONPEPS.

Projet soutenu à la diffusion par la Fondation E.C.ART-POMARAT

Le théâtre de chair remercie l’Association du Groupe des 20 théâtres d’ile de France ; l’association ACTIF ; le Conseil Départemental de l’Essonne et son dispositif Attention Travaux, le théâtre Paris Villette et le Grand Parquet et l’ARCAL. Le théâtre de chair est subventionné par la Région Ile de France au titre de la Permanence Artistique et Culturelle et par la Communauté d’agglomération de St Quentin en Yvelines.

THéâTRE
Grégoire Cuvier / Cie Théâtre de chair

Les Fleurs de Macchabée

Grégoire Cuvier et son Théâtre de chair nous offrent une époustouflante descente dans les méandres de nos psychés, à la faveur d’un polar théâtral fleuve. Une expérience intense et troublante.  Avec Les Fleurs de Macchabée, l’auteur et metteur en scène, propose un polar écrit pour le théâtre avec les codes des séries policières. Une épopée qu’il ponctue de longs entractes permettant au public de se restaurer. Le corps d’une jeune femme est retrouvé sur les berges de la Loire. Parallèlement, on signale la disparition d’une fillette de 12 ans. Margaux, qui vient d’intégrer la police judiciaire de Tours et a connu son lot de drames personnels, enquête sur les deux affaires, qui s’avèreront intimement liées.  Grégoire Cuvier trouve ici une manière d’aborder des sujets monstrueux avec ce qu’il faut de distance. Un moyen de sonder les tréfonds de notre humanité, naviguant entre le grotesque et le tragique, le cru, le poétique et le métaphysique.

Le Monstre est celui que l’on montre. Celui qui est à l’extérieur de nous et que l’on peut désigner. Il est au ban de l’Humanité. Il n’en fait pas partie. Et en cela il aide l’Humanité à se définir. (…) Mais à la vérité mes chers amis, ce Monstre qu’on voudrait pointer du doigt et désigner loin de nous, à la vérité, ce Monstre, c’est en nous qu’il siège. Grégoire Cuvier, Les Fleurs de Macchabée (2022)