Itinérance

© Gestuelle

“Si tu ne viens pas au théâtre, le théâtre ira à toi”.
Environ 20% des français se rendent au théâtre chaque année. Des freins culturels, économiques ou physiques ferment encore les portes du spectacle vivant à un large public. Pour créer les conditions d’un théâtre accessible à tous, les Gémeaux quittent régulièrement leurs murs, partent à la rencontre de leur public, et tentent de désacraliser l’acte théâtral.

Des petites formes voyageuses

En marge d’une programmation en salle tout au long de la saison, Les Gémeaux imaginent un théâtre léger et mobile à travers cette idée de « petites formes voyageuses ». Celles-ci consistent en des commandes spécifiques, ou des adaptations du travail des compagnies, qui puissent être montrées là où les habitants se trouvent : dans des établissements scolaires, des centres sociaux, des foyers, des EHPAD, mais également dans les centres sportifs ou tout autre lieu inattendu.

Une appropriation de l’espace public

Cette démarche iconoclaste s’accompagne d’une proposition artistique destinée aux espaces extérieurs. La ville offre un champ des possibles formidable pour les compagnies qui ré-enchantent le quotidien des habitants et touchent ici un autre public.

Au cours de la saison 22-23, retrouvez :

  • Après Babel, construire la ville, petite forme théâtrale de Margaux Eskenazi , en marge du spectacle 1983
  • Le duo itinérant formé par Anne Paceo (batterie) et Raphaël Imbert (saxophone)
  • Les Petites galeries du déclin, trilogie de petites formes marionnettiques de la cie Le Pilier des Anges
  • Faune, parcours d’affiches interactives imaginé par Adrien M. et Claire B.
  • Les Aveugles, une installation en réalité virtuelle du collectif INVIVO
  • Les Surgissements du Théâtre du Centaure, en marge du spectacle Animal