THÉÂTRE ET ADOLESCENCE


NOUS, DANS LE DÉSORDRE

Estelle Savasta / Cie Hippolyte a mal au cœur

  • Petit Théâtre
  • Tarif hors abonnement 14€

Tout public dès 15 ans

Tarif hors abonnement 14€
Tarif enfant 10€

Écriture et mise en scène : Estelle Savasta

Avec :
Flore Babled, Olivier Constant, Zoé Fauconnet, Valérie Puech, Damien Vigouroux

Production : Cie Hippolyte a mal au cœur

La compagnie Hippolyte a mal au cœur est conventionnée par la Drac Île-de-France Ministère de la culture
Avancer en meute
Notre histoire commence un dimanche, en début d’après-midi. On s’apprête à passer à table. C’est très bruyant et très joyeux. On appelle Ismaël, l’aîné, pour qu’il participe un peu. On l’appelle encore. Il ne vient pas.

Ismaël a disparu.
Ismaël a presque vingt ans et il s’est allongé au bord d’un chemin. À l’orée de la forêt, pas très loin de la maison de ses parents, qui est aussi sa maison. Personne ne comprend. Personne n’a rien vu venir. Ni Rose son amie de toujours ni aucun des membres de leur petite bande joyeuse et solidaire. Ses parents, son frère et sa sœur sont tous face au même vide.Avant de s’allonger Ismaël a écrit un mot : « Je vais bien. Je ne dirai rien de plus. Je ne me relèverai pas ». Et depuis il tient ses promesses : il les regarde et ne donne aucun indice supplémentaire. C’est là que notre histoire commence.
Une histoire qui parle de nous face à ce que nous ne comprenons pas, face à ce qui nous dépasse. Face à ceux qui font un pas de côté sans nous donner les clés.

Pour écrire cette histoire, pour trouver le chemin j’ai avancé en meute.
La première était constituée d’adolescents de quinze ans. Pendant toute une année scolaire nous avons passé ensemble des heures à débattre. À quoi désobéirions-nous si nous prenions le temps de nous poser la question ? S’obéir à soi-même ce serait quoi ? Nous avons décortiqué ensemble leur envie de transgression. Parfois confuse, parfois violente, parfois confuse et violente. Ils savaient des choses que j’avais oubliées et d’autres que je n’ai jamais sues. Parce qu’il y a longtemps que je n’ai pas eu quinze ans et que quinze ans dans ce millénaire-là, je n’ai jamais eu ça. Ils m’ont été infiniment précieux et c’est avec eux que j’ai compris l’histoire que j’avais à raconter. Qu’Ismaël s’est mis à exister.
Et puis j’ai donné mon histoire à Flore Babled, Olivier Constant, Zoé Fauconnet, Valérie Puech et Damien Vigouroux, meute si inspirante et si solidaire. Nous avons invité d’autres jeunes gens dans le début de leur vingtaine à venir nous rejoindre, le temps de quelques répétitions. Nous avons posé les fondations de ce que nous nous apprêtions à raconter. Et puis nous nous sommes retrouvés seuls. Le reste de l’équipe (musique, scénographie, costumes, lumières) est venu nous rejoindre et nous avons avancé ensemble à tâtons sur ce chemin chaotique qui mène de l’urgence première à la création.

Estelle Savasta