DANSE


GRAVITÉ

Angelin Preljocaj / CCN d’Aix-en-Provence

  • Grand Théâtre
  • Tarif B

Les Rendez-Vous Chorégraphiques de Sceaux

Création 2018

Chorégraphie : Angelin Preljocaj / CCN d’Aix-en-Provence

Musiques : Maurice Ravel, Johann Sebastian Bach, Iannis Xenakis, Dimitri Chostakovitch, Daft Punk, Philip Glass, 79D
La gravitation est l’une des quatre forces fondamentales qui régissent l’univers. Elle désigne l’attraction de deux masses. Elle est invisible, impalpable, immanente. C’est pourtant elle qui crée ce qu’on appelle la pesanteur.
Depuis des années, les notions de poids, d’espace, de vitesse et de masse ont traversé de façon intuitive ma recherche chorégraphique. Le travail au quotidien avec les danseurs m’amène à expérimenter des formes dont les composantes fondamentales tournent autour de cette question à la fois abstraite et terriblement concrète. Fidèle à un principe d’alternance entre des pièces de recherche pure et des ballets plus narratifs, j’attends de cette problématique de la gravité qu’elle m’ouvre de nouveaux espaces d’écritures.

Angelin Preljocaj


 

Avec Gravité, Angelin Preljocaj s'affranchit de la pesanteur. Les danseurs se libèrent du poids de leur corps, cherchant les chemins vers la légèreté : une quête qu'ils suivront tout au long de la pièce. […] C'est une évidence sur scène : les treize magnifiques danseurs embarqués dans l'aventure ont relevé le défi avec fougue. […] Cette alliance trouve son apothéose à la fin, quand, sans crier gare, Preljocaj nous offre son Boléro de Ravel. Belle surprise. Un unisson calme et puissant des interprètes ensemble qui s'ouvre et se ferme, comme un cœur palpitant.

Télérama


 Le chorégraphe star de la scène française s'est débarrassé des excès de scénographie pour retrouver le mouvement à l'état pur avec Gravité. Une succession de vignettes dansées (…) magnifiquement servies par une troupe au diapason de l'inspiration d'Angelin Preljocaj. La variété des choix musicaux, de Bach à Daft Punk, enchante : lorsque le créateur rencontre la partition tout en percussions de Iannis Xenakis, le plaisir redouble. Les seules lumières d'Eric Soyer suffisent à habiller la scène. (…) En cherchant à défier la pesanteur, Angelin Preljocaj retrouve une certaine légèreté. La salle, debout, lui fera un juste triomphe.

Les Échos


La cérémonie douce de Preljocaj.
Avec sa pièce Gravité, le chorégraphe trouve une nouvelle grâce. [...] Contrer la gravité pour se lever et danser avant de rejoindre de nouveau le sol : c'est aussi l'histoire très humaine que raconte le spectacle.

Le Monde