CIRQUE


ESQUIVE

Gaëtan Levêque

  • Grand Théâtre
  • Tarif A

En collaboration avec le Plus Petit Cirque du Monde/Bagneux

Mise en scène : Gaëtan Levêque
Chorégraphie : Cyrille Musy
Complicité artistique : Sylvain Decure

Acrobates :
Rémi Auzanneau, Hernan Elencwajg, Ricard Gonzalez Navarro, Tanguy Pelayo, Baptiste Petit, Bahoz Temaux

Production : Le plus petit Cirque du monde
Coproduction : Les Gémeaux/Sceaux/Scène nationale, Le Manège/Scène Nationale/Maubeuge, le PALC/Châlons-en-Champagne, Plateforme 2 pôles cirque en Normandie/La Brèche/Cherbourg, Collectif AOC
Il y a des événements dans notre parcours de vie qui deviennent fondateurs. Pour ma part il y a eu le cirque: le cirque comme environnement, le cirque comme projet social, le cirque comme vecteur politique mais aussi le cirque pour transmettre et partager.

Cet art m’a permis de découvrir le trampoline, un agrès devenu comme une partie de moi-même. Je l’ai d’abord observé avec admiration, puis j’ai appris à le découvrir, à l’apprivoiser, à le partager.
Aujourd’hui, après une longue route commune, il suscite en moi un désir neuf, celui de lui apposer un autre type de regard avec une distance plus contemplative.

Il a également fait naître une envie profonde: transmettre mon expérience à une équipe d’acrobates. […]

La première réflexion était de rendre un hommage à une discipline en réunissant 6 trampolinistes autour de trois grands trampolines et de chercher autour de 5 grands axes: le point de suspension, le vol acrobatique, les portés, la danse sur toile et l’appui sur le mur.
Puis est venu le souvenir des nombreux commentaires provenant du public qui essayait de décrire les sensations ou émotions que le trampoline leur avait produites: la chute qui devient magique, le rebond comme moyen de s’échapper, la danse féline, les portés dans la douceur et le temps qui s’arrête. Comme dans un rêve éveillé, il s’agit de plonger le spectateur dans une dimension où les repères de la gravité sont différents.

L’écriture sera basée sur une partition visuelle qui prendra son sens dans la relation entretenue entre les artistes au plateau. Comme une invitation à comprendre l’univers dans lequel ils vivent et à observer les mécanismes, les complicités qu’ils entretiennent.
Il y a là, ce rêve fondateur de se retrouver ensemble mais également le besoin d’être seul et cette constante implacable qui les fait revenir inexorablement au creux de cet engin. Pour le spectateur, c’est un voyage émotionnel, contempler la légèreté des acrobates, ressentir l’effort pour s’extraire de la chute.

L’acte acrobatique a toujours été pour moi une contemplation, dépassant l’exploit, il amène chez l’acrobate une sensibilité d’une richesse incroyable perceptible pour le spectateur.

Gaëtan Levêque


Rassemblés autour de trois trampolines et d’une structure offrant différents plans, six acrobates explorent et rendent hommage à une discipline: le trampoline.
Témoin des complicités et des mécanismes qu’ils entretiennent, le public est convié à partager leurs trajectoires de la légèreté grisante de l’envolée à cette constante implacable qui les fait revenir, inexorablement, au creux de la toile.
En questionnant la gravité, le poids, la suspension et les changements d’état de corps, la partition acrobatique devient un langage. Celui qui traduit les fondements intimes du cirque: l’art de l’envol et de la prise de risque, un éloge de la fragilité et de l’utopie.
Esquive est une invitation à contempler le désir humain de s’élever, à ressentir son effort continu pour s’extraire de la chute