DANSE


DANCE

Lucinda Childs / Ballet de l’Opéra national de Lyon

  • Grand Théâtre
  • Tarif A

Dans le cadre Les Rendez-Vous Chorégraphiques de Sceaux

Chorégraphie : Lucinda Childs
Musique : Philip Glass

Pièce pour 17 danseurs
Depuis sa création en 1979, tout ou presque a déjà été dit et écrit sur Dance de Lucinda Childs : sur la relation fusionnelle entre cette danse millimétrée et la composition rigoureuse de Philip Glass, la présence spectrale des mouvements reproduits par le film de Sol LeWitt – qui se superpose à la danse, la démultiplie, élargit les dimensions de l’espace : sur le caractère fluide et presque immatériel du flux continu de corps s’écroulant sur la scène ; sur la rencontre entre ces trois artistes, ayant chacun renouvelé l’approche de leur médium – la musique, la danse et les arts plastiques – à travers la notion de « minimalisme ». Et qui, pour cette collaboration inédite, ont inventé une « métaforme » dépassant le cadre formel de leurs disciplines propres – jouant sur les accords et les écarts entre écoute et vue, surface et profondeur. Si cette œuvre polyphonique figure comme l’un des monuments de l’art chorégraphique de la seconde moitié du XXᵉ siècle, c’est sans doute en tant qu’elle représente l’apothéose du style minimaliste – la synthèse de ces trois grandes tendances et leur dépassement par le biais de la scène. Mais c’est également du fait de son extrême clarté ; de l’impression d’évidence qui se dégage du passage incessant des danseurs, se succédant sous forme de solos, de duos, de quatuors – en suivant d’infimes variations au caractère hypnotique. En parcourant les textes rendant compte de Dance, on ne peut qu’être frappé par la récurrence des mêmes images qui toutes confirment l’impression de tension vers la pureté du médium qu’indique le titre : « plénitude, beauté absolue, pureté du diamant, jaillissement euphorique, fulgurance irréelle »…