THÉÂTRE


A LOVE SUPRÊME

Dominique Pitoiset / Xavier Durringer

  • Petit Théâtre
  • Tarif A

Première en Île-de-France

De Xavier Durringer

Mise en scène, scénographie : Dominique Pitoiset

Avec :
Nadia Fabrizio

A Love Suprême a fait l’objet d’une commande à l’écriture passée par La Compagnie Pitoiset – Dijon à l’auteur Xavier Durringer qui a rédigé ce monologue pour l’actrice Nadia Fabrizio.

A Love Suprême est publié aux Éditions Théâtrales.

Éditions Théâtrales – agence Althéa, éditeur et agent de l’auteur.
Engageant son cycle théâtral sur l’homme blanc et la femme blanche de plus de cinquante ans à l’entrée des temps post-démocratiques, Dominique Pitoiset tire un premier portrait métaphorique de l’état des choses en mettant en scène le texte que l’auteur et réalisateur de talent Xavier Durringer a écrit spécialement pour l’actrice Nadia Fabrizio.

Un seul en scène qui traverse trente ans de l’histoire mythique de Pigalle, haut lieu des différences et des misères refoulées entre néons, chair fraîche et cafards, au son des tubes qui jalonnent les époques et les films vintage. Laissez-vous tenter ! L’urgence que procure la vision soudaine du précipice peut s’avérer également cocasse.

 

No country for old women

Bianca vient de recevoir un terrible coup sur la tête. Elle vient d’apprendre qu’elle doit vider son casier et quitter brutalement l’emploi qu’elle occupe depuis trente deux ans. Elle cherche à comprendre, mais elle sait que la nouvelle génération la pousse dans le dos. Elle n’est plus rentable et face à cette nouvelle réalité, elle réalise qu’elle n’a rien construit en dehors, rien préparé pour après.

Elle est entrée comme stripteaseuse à Pigalle au peep-show A Love Suprême à la fin des années quatre-vingt, en pleines années sida. Après des études de danse classique et de comédie, c’est le seul emploi qui se présentait à cette punkette de province pour tenter sa chance et passer des castings à Paris. Mais le temps à passé. Internet a pris le marché du sexe. Elle s’est trouvée piégée par le monde de la nuit et ses illusions jusqu’à en perdre son identité. Mais dans les mondes virtuels, les avatars ne vieillissent pas, et quand le fessier se fripe il faut laisser la place à d’autres nouvelles candidates prêtes à tout pour se faire une place autour de la barre de pole dance. Un combat commence. Car c’est un combat de femme que de vieillir et d’accepter de vieillir.

Et l’amour dans tout ça ? Par ici la sortie. Noir. Rideau.

 Dominique Pitoiset, Septembre 2018


 

 

« Ils veulent que j’arrête. C’est venu comme ça sans prévenir, sans le moindre signe, même pas une réflexion avant pour que je me prépare à ça. Rien d’avant coureur, rien d’apparent que j’aurais pu voir venir ou sentir. C’est dingue. J’ai rien vu. Rien senti. Rien compris. Ils n’ont rien changé dans leur comportement. Rien. Que de la routine. ‹ Salut Bianca, comment ça va ma belle ? › Non c’est venu tout seul comme une simple exécution, genre : ‹ je t’emmène en balade, on va marcher tous les deux dans la forêt printanière. Regarde le ciel ma chérie. › Et une balle dans la tête. J'ai honte. Ils veulent que j’arrête. »