Ciné Classic

Programmation Christophe Duthoit



Le lieu :
Les projections ont lieu à l’auditorium du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Bourg-la-Reine/Sceaux, 11-13 boulevard Carnot, à Bourg-la-Reine.

Tarif plein :
4,50€

Tarif Abonnés Gémeaux :
3,50€

Abonnement Ciné Bourg-la-Reine :
21€ pour 6 films (valable un an de date à date et pour toutes les séances ciné-classic, nuits du cinéma et ciné-enfants).

Contact :

Horaires :
Les séances Ciné-Classic ont lieu à 16h00
Les nuits du cinéma commencent à 18h00

  • Michèle Morgan, au-delà des yeux

    1 octobre :  Les orgueilleux réalisé par Yves Allégret / 1953

    A la mort de son mari, une jeune femme se retrouve seule et sans le sous dans un village au Mexique. Là elle rencontre un jeune médecin français, devenu alcoolique à la suite d’un drame personnel. Elle tente de redonner goût à la vie au jeune médecin et oublie son propre chagrin.

    8 octobre : Les grandes manœuvres réalisé par René Clair / 1955

    Sûr de son charme, un soldat en garnison parie avec ses camarades qu’il est capable de séduire la première femme qui passe, avant les grandes manoeuvres. Il met son plan en oeuvre et tombe amoureux de la jeune modiste choisie au hasard.

    15 octobre : Le miroir à deux faces réalisé par André Cayatte / 1958

    Marie-José espérait épouser son patron mais il lui préféra sa soeur Véronique, beaucoup plus jolie qu’elle. Elle devient alors la femme de Pierre Tardivet et connaît pendant dix ans, une vie médiocre. Le hasard d’un accident dont Pierre est victime lui fait rencontrer un célèbre chirurgien. A l’insu de son mari, Marie-José accepte une intervention esthétique et revient, transformée. Mais la beauté soudaine de sa femme, loin de le charmer, met Pierre hors de lui.

  • Elia Kazan, 3 chefs d’œuvre

    22 octobre : Un tramway nommé Désir / 1951

    Après une séparation difficile, Blanche DuBois vient rejoindre sa sœur, Stella à La Nouvelle-Orléans. Celle-ci vit avec son mari, Stanley, ouvrier d’origine polonaise, dans le vieux quartier français. Ce dernier n’apprécie guère les manières distinguées de Blanche et cherche à savoir quel a été le véritable passé de sa belle-sœur

    5 novembre : Sur les quais / 1954

    Un jeune docker, Terry Malloy, ancien boxeur, est manipulé par son frère, avocat du syndicat des dockers dirigé par le crapuleux Johnny Friendly. Il assiste sans intervenir au meurtre d’un employé qui voulait dénoncer les méthodes illégales de ce dernier. Malloy se retrouve devant un cas de conscience…

    12 novembre : Le fleuve sauvage / 1960

    Dans les années 30, Chuck Glover est envoyé dans le sud des Etats-Unis pour le compte de la Tennessee Valley Authority, organisme d’Etat chargé de la construction de barrages le long du fleuve dans le but d’endiguer ses crues dévastatrices. Il a pour mission d’obtenir des habitants qu’ils acceptent de quitter les zones destinées à être inondées par les travaux. A son arrivée, il ne reste qu’une île dont les habitants refusent l’expropriation. Véritable maîtresse des lieux, Ella Garth, par son obstination forcenée à ne pas quitter ses terres, va vite se révéler être un adversaire de poids…

  • Katharine Hepburn, une star indépendante

    26 novembre : L’enjeu réalisé par Franck Capra / 1947

    Kay Thorndyke, journaliste dure et peu scrupuleuse, pousse Grant Matthews à briguer le poste de président des Etats-Unis. Pour présenter l’image publique d’un couple uni et harmonieux, Mary, la femme de Grant qui vivait séparée de lui, revient. Fondamentalement honnête, Grant se laisse cependant peu à peu manoeuvrer par Kay et son entourage et, sans s’en rendre compte, renonce à tous ses idéaux…

    3 décembre : La Reine Africaine (The African Queen) réalisé par John Huston / 1952

    L’Afrique en 1915. Charlie Allnut, américain, transporte sur son bateau « l’African Queen » toutes sortes de marchandises qu’il distribue dans les villages. Il prévient le révérend Sawyer et sa soeur Rose, tous deux sujets britanniques, de l’approche des troupes allemandes. Il revient le lendemain et embarque Rose, pensant la déposer en territoire neutre. Mais, décidée à lutter, elle l’oblige à descendre les rapides du fleuve pour rejoindre les Anglais.

    17 décembre : Le lion en hiver réalisé par Anthony Harvey / 1968

    Touraine, 1183. Le Roi d’Henri II d’Angleterre séjourne dans le Château de Chinon avec sa maîtresse Alix, demi-soeur de Philippe II Auguste Roi de France et fiancée promise pour des raisons politiques… à l’un de ses fils. Cinquantenaire, il doit résoudre le problème de sa succession.
    Henri II a trois fils qui n’ont comme point commun que la volonté de puissance. Celui qu’il aime le plus, c’est le cadet, Prince Jean (futur Jean sans terre), le moins dégourdi. Celui qui incarne le mieux les qualités guerrières d’un futur roi, c’est l’aîné Richard (futur Coeur de lion), héritier de droit. Le troisième, Geoffroy (Duc de Bretagne), auquel personne ne songe, louvoie en attendant son heure.
    Pour dénouer une situation confuse et tendue, Henri convoque un conseil de famille, le jour de Noël. Pour l’occasion, il fait venir Philippe II et libère provisoirement son épouse, Eléonore d’Aquitaine, emprisonnée sur ses ordres pour soupçons de complot depuis dix ans au Château de Salisbury.
    Henri II doit prendre une décision difficile dans un contexte de dissensions, de coups bas, d’alliances de circonstances afin d’éviter que son royaume ne soit divisé : désigner son successeur sur le trône d’Angleterre…

  • Dino Risi, Vittorio Gassman, une rencontre sous le signe de la comédie

    14 janvier :  Il Mattadore (L’homme aux cent visages) / 1960

    Gerardo et sa femme Annalisa mènent depuis quelque temps une existence tranquille et sans histoire, au grand dam de celui-ci. Un jour, un homme sonne à leur porte pour essayer de leur vendre un chandelier. Gerardo sent rapidement l’arnaque, et pour cause : celui-ci était jadis expert en escroquerie en tout genre, surnommé Gerardo l’artiste pour sa capacité à incarner de multiples personnages dans le but d’extorquer les gens…

    21 janvier : Le fanfaron / 1962

    À Rome, le jour férié du Ferragosto (quinze août), la ville est déserte. Bruno Cortona (Vittorio Gassman), la quarantaine vigoureuse, amateur de conduite sportive et de jolies femmes, déambule en voiture, une Lancia Aurelia B24, à la recherche d’un paquet de cigarettes et d’un téléphone public. Roberto Mariani (Jean-Louis Trintignant), un étudiant en droit resté en ville pour préparer des examens, l’accueille chez lui. Sous l’impulsion de l’exubérance et du sans-gêne de Cortona, ils entreprennent un voyage en voiture qui les emmènera vers des destinations toujours plus lointaines. Le jeune étudiant va découvrir l’écart entre la réalité et ce qu’il imaginait concernant l’amour et les rapports sociaux.

    28 janvier : Les monstres / 1963

    Sous la forme de dix neuf sketches, Les Monstres met en scène les « petites monstruosité » quotidiennes, les mesquineries et mensonges des stéréotypes italiens des années 1960.

    4 février : Au nom du peuple italien / 1971

    Le juge Bonifazi est un honnête magistrat ayant une conception très personnelle de la justice ; il lutte contre tout ce qui pervertit la société : la corruption et la spéculation. En enquêtant sur la mort d’une jeune fille Silvana Lazzarini, il est amené à interroger Santenicito, un riche industriel corrompu qui semble lié à cette disparition…

  • Jacques Prévert, la poésie en images

    11 février : Le crime de Monsieur Lange réalisé par Jean Renoir / 1936

    Amédée Lange est employé dans la société d’édition de Batala, patron véreux et sans scrupules. Durant ses heures de loisir, Lange écrit des histoires : Les Aventures d’Arizona Jim. Batala, menacé de poursuites pour n’avoir pas honoré un contrat publicitaire, décide de publier Arizona Jim, en modifiant à l’insu de l’auteur certains passages afin d’intégrer des réclames au texte. Ne pouvant plus honorer ses dettes, Batala prend la fuite. Le train dans lequel il s’enfuit a un grave accident, et on l’annonce mort. Les employés des éditions Batala s’organisent en coopérative, et lancent un nouveau magazine dont Arizona Jim est la figure principale. C’est un immense succès auprès du jeune public. Mais quelque temps plus tard, Batala, qui avait profité de l’accident de train pour voler l’identité d’une des victimes revient et réclame une part des bénéfices.

    18 février : Remorques réalisé par Jean Grémillon (Avec Michèle Morgan) / 1941

    A bord du remorqueur le Cyclone, le capitaine André Laurent risque sa vie tous les jours, pour sauver celle des autres. Il est marié à Yvonne, qui souhaite qu’il quitte ce métier. Celle-ci lui cache sa grave maladie. Le capitaine Laurent, doit quitter précipitamment la noce d’un de ses marins pour porter secours au cargo Mirva, laissant sa femme Yvonne et la mariée. Le sauvetage, après quelques péripéties, va réussir et les passagers sont secourus. Au matin, le Cyclone remorque le Mirva. André tombe amoureux de Catherine, la femme du capitaine renégat du Mirva et elle va devenir sa maîtresse. André s’apprête à quitter sa femme, quand gravement malade, celle-ci meurt dans ses bras. Catherine alors s’efface.

    4 mars : Les enfants du paradis réalisé par Marcel Carné / 1945

    Paris, 1828. Sur le boulevard du Crime, au milieu de la foule, des acteurs et des bateleurs, le mime Baptiste Deburau, par son témoignage muet, sauve Garance d’une erreur judiciaire. C’est ici que commencent les amours contrariées de Garance, femme libre et audacieuse, et de Baptiste qu’elle intimide et qui n’ose lui déclarer sa flamme. Mais aussi ceux de Nathalie, la fille du directeur du théâtre, qui aime Baptiste, et Frédérick Lemaître, un jeune acteur prometteur, qui entame une liaison avec Garance, tandis que cette dernière aime aussi Baptiste en secret.

  • Satyajit Ray, Grand Maître du cinéma indien

    18 mars : La grande ville / 1963

    Subrata Mazumdar, modeste employé de banque à Calcutta, a du mal à subvenir aux besoins de sa famille. Enfreignant les traditions, sa femme Arati se décide à chercher du travail et devient représentante en porte à porte. Son mari accepte mal cette situation mais suite à un krach, il est licencié et le travail de sa femme devient d’autant plus nécessaire. C’est alors qu’une collègue anglaise d’Arati est victime d’une injustice de leur patron.

    8 avril : Charulata / 1964

    Calcutta, 1879. Un jeune et riche intellectuel, Bhupati, édite en anglais un hebdomadaire politique, The Sentinel, et porte peu d’attention à son épouse Charulata, femme sentimentale et douée de goûts artistiques, notamment littéraires. Se rendant compte de la solitude de sa femme, Bhupati demande à son cousin Amal, un jeune lettré insouciant et rêveur, d’aider Charulata dans ses efforts littéraires et de stimuler le talent qu’elle pourrait avoir. Petit à petit, Charulata va se prendre d’affection pour Amal et se retrouver bouleversée par l’irruption de nouveaux sentiments…

    6 mai : Le lâche / 1965

    Amithab, scénariste de films commerciaux, se promène dans la campagne, effectuant des repérages. Sa voiture tombe en panne et il est hébergé par un planteur de thé dont l’épouse est Karuna, une femme qu’il a autrefois aimée, mais qu’il n’a pas su ou pas voulu garder…

  • Ciné concert

    Samedi 24 mars 16h & 20h45 tarif unique à 10 €

    L’Etroit mousquetaire réalisé par Max Linder / 1922 (en copie restaurée et numérisée)

    Une parodie hilarante et incroyable du roman d’Alexandre Dumas. Absurde, grotesque, irresistible… Un film invisible dans sa version d’origine (Européenne) depuis plus de 80 ans, puisque la seule copie survivante, affreusement médiocre, fut mutilée par les héritiers de Linder, Cette nouvelle restauration fait oublier les outrages du temps, et fait… rire !

    Création musicale : Christofer Bjurström, Jacques Cambra, Franck Tortiller

  • Jeune Public

    25 octobre 14h : Les 101 dalmatiens réalisé par C.Geronimi, H.Luske, W.Reitherman / 1996

    À Londres lors de sa promenade quotidienne, un dalmatien nommé « Pongo » tombe, éperdument amoureux d’une belle dalmatienne répondant au nom de « Perdita ». Leur maître et maîtresse respectifs, nommés « Roger » et « Anita », connaîtront d’ailleurs un coup de foudre identique…
    Et c’est ainsi que, quelques mois plus tard, ils se retrouvent tous réunis sous le même toit pour voir Perdita donner naissance à quinze chiots.
    Ce moment de bonheur aurait pu être parfait si Cruella d’Enfer, une créatrice de mode obsédée par la fourrure, ne faisait pas kidnapper les chiots avec la ferme intention de s’en faire un manteau.

    21 février 14h :  Le roi et l’oiseau réalisé par Paul Grimault / 1980 (Prévert, la poésie en images)

    Le Roi Charles V et Trois font Huit et Huit font Seize règne en tyran sur le royaume de Takicardie. Seul un Oiseau, enjoué et bavard, qui a construit son nid en haut du gigantesque palais, tout près des appartements secrets de Sa Majesté, ose le narguer. Le Roi est amoureux d’une charmante et modeste Bergère qu’il veut épouser sous la contrainte. Mais celle-ci aime un petit Ramoneur. Tous deux s’enfuient pour échapper au Roi et, réfugiés au sommet de la plus haute tour du palais, sauvent un petit oiseau imprudent pris à l’un des pièges du Tyran. Le Père Oiseau reconnaissant promet en retour de les aider. La police retrouve la trace des fugitifs. Une folle poursuite s’engage. Des machines volantes conduites par des policiers moustachus, de mystérieuses créatures couleur de muraille qui espionnent la ville, des tritons motorisés et le Roi sur son trône électrique flottant, ou sur son gigantesque Automate, les pourchassent…

  • Nuits du cinéma

    Programmation à venir :

    18 novembre

    9 décembre

    10 mars

    26 mai